Votre terrain.ch - Tout ce qu'il faut savoir pour acheter/vendre votre terrain...

Prix indicatifs zone villas 2016

Posted on: avril 10th, 2016 by nideal No Comments

 

Capture 1Capture 2Capture 3

Giez – Terrain

Posted on: mars 7th, 2016 by nideal No Comments

 

1924

Magnifique terrain de 900 m2 à Giez, situé en zone village, avec dégagement sur Yverdon et les Alpes.

Cette parcelle est idéale pour construire une villa individuelle ou une petite villa jumelle.

Giez se trouve à deux pas d'Yverdon et à quelques kilomètres de la zone commerciale en Chamard et donc de l'autoroute.

N'hésitez pas à nous contacter pour de plus amples informations.

 

Lire la suite...

Ollon – Terrain

Posted on: mars 7th, 2016 by nideal No Comments

 

1647

Nouveau prix ! A saisir !
Sur un terrain plat, nous vous proposons trois parcelles de terrain constructibles situées à 740 m d'altitude, orientées sud-ouest, situées au-dessus d'Ollon, sur la route de Villars à 15 minutes, dans le Chablais vaudois, à 10 minutes de l'autoroute A9 et 20 minutes de Villeneuve et du lac.

 

Lire la suite...

 

Coulées de boue

Capture 1

 

 

AMÉNAGER UNE ÉTRAVE *
Une étrave partage la masse de matériaux et
l’achemine de part et d’autre du bâtiment.

 

COULÉES DE BOUE – MESURES
SUR LE BÂTIMENT
PROTÉGER LES OUVERTURES
Protéger les portes et fenêtres menacées
de manière permanente en appliquant
des croisillons, des plaques défl ectrices
ou du verre blindé.

 

 

RENFORCER LES PAROIS EXTÉRIEURES
Renforcer les parois extérieures concernées
en fonction de la pression et du frott

 

Capture du 2016-02-23 13-31-39Glissements profonds
REHAUSSER LE BÂTIMENT AVEC
DES VÉRINS HYDRAULIQUES
Redresser le bâtiment en le rehaussant avec
des vérins hydrauliques. Le sous-sol peut
rester en position inclinée, c’est pourquoi les
salles de séjour et les chambres à coucher
doivent être aménagées dans les étages
supérieurs.

COULÉES DE BOUE – MESURES
À L’EXTÉRIEUR DU BÂTIMENT
CONSTRUIRE UNE DIGUE OU
UN MUR DE DÉVIATION *
Une digue ou un mur de déviation infl échit
la trajectoire des coulées de boue dans une
direction souhaitée.

ADAPTER L’UTILISATION DES ESPACES
EXTÉRIEURS
Placer les terrasses, balcons et autres
usages contre la paroi extérieure à l’abri
des coulées de boue.

 

 

ERIGER UNE DIGUE
OU UN FILET DE RETENUE
Une digue ou un fi let de retenue est effi cace
contre les petites coulées de boue.

 

1019

 

Lucens est une bourgade de 3500 habitants, située à 15 min de Payerne.

Ayant accueilli en son sein de nombreuses grandes entreprises, elle se trouve à 30 min de Lausanne.

Ce terrain - fractionnable selon les besoins - de plus de 22'900 m2 est à deux pas de la gare.

 

VENDU

 

Un glissement de terrain est un mouvement vers l’aval d’une masse de terre et de roche, généralement déclenché par de fortes précipitations. Ces mouvements de terrain sont capables de fissurer la maçonnerie, défoncer ou renverser des parois, déplacer et déformer des bâtiments. Les glissements permanents sont des phénomènes lents, qui progressent jusqu’à 10 cm par an. Les mesures à prendre dépendent essentiellement de la profondeur du plan de glissement. Les glissements superficiels (jusqu’à 2 m de profondeur) sont plutôt enrayés en exécutant des travaux de stabilisation aux alentours du bâtiment, tandis les glissements semi-profonds à profonds demandent de protéger et renforcer le bâtiment lui-même. Lorsqu’une masse de terre glisse très rapidement (1– 10 m/s), on parle de coulée de boue. Les dommages occasionnés par les glissements permanents et par les tassements du sol ne sont pas couverts par l’Etablissement cantonal d’assurance des bâtiments. Ce guide vous indique comment protéger efficacement un bâtiment contre les glissements de terrain et les coulées de boue: en appliquant des mesures à l’extérieur du bâtiment, sur le bâtiment et à l’intérieur de celui-ci.

Capture du 2016-02-05 10-52-00Glissements de terrain – mesures à l'extérieur du bâtiment
Glissements superficiels ( jusqu’à 2 m environ)

Drainer le sol
Evacuer les eaux superficielles au moyen de
fossés de drainage, ce qui a pour effet de
réduire la pression interstitielle et d’abaisser
le niveau piézométrique.

Stabiliser la masse en glissement

Les éléments de soutènement comme
les clous transmettent les forces dans
une couche de terrain stable.

Glissements de terrain – mesures sur le bâtiments
renforcer le radier et les parois extérieurs
Renforcer le radier et les parois extérieures
en ajoutant une armature collée ou un
complément d’armature combiné avec une
couche de gunite ou de béton de parement.

Servitude – Les différentes formes

Posted on: janvier 28th, 2016 by nideal No Comments

 

Sans être exhaustif, on peut distinguer différentes formes de servitude.

Le droit de passage

Le droit de passage est certainement la plus courante de ces servitudes. Il concerne aussi bien un accès à pied, en voiture, à cheval qu'en luge ! Il peut aussi s'agir d'une voie d'évacuation ou d'une route de transit.

Des restrictions peuvent être apportées, par exemple en interdisant le passage à des véhicules motorisés ou en ne tolérant que les engins agricoles. Il est aussi possible de limiter l'accès à certaines périodes de l'année, soit en hiver ou en été. Un droit de passage ne signifie pas qu'il est permis d'y stationner, même si cela n'a pas été précisé. Par extension, le droit d'utiliser une vois d'accès ne concerne pas uniquement le propriétaire d'0une maison mais également sa famille ses enfants ou s ses invités.

Le droit d'usage

Un propriétaire peut octroyer à son voisin le droit de déposer du gravier sur son terrain ou le laisser utiliser un point d'eau, par exemple. Cela peut aussi concerner l'utilisation d'un parking ou d'un dépôt à vélos ou encore celui d'un réservoir à compost.

Le droit d'exploitation

Le droit d'exploitation autorise, comme son nom l'indique, une personne à exploiter une partie de la propriété, par exemple à ramasser du gravier, de l'argile ou de la tourbe.

Article de M. William Türler

La Suisse serait-elle en train de s'éloigner peu à peu de sa traditionnelle image de pays de locataires ? Poussée par des taux hypothécaires historiquement bas, la proportion de propriétaires ne cesse d'augmenter d'année en année : elle s'établit désormais à près de 40 %, contre environ 35 % il y a dix ans encore.

Dans ce contexte, la PPE connaît un essor important, notamment auprès des jeunes familles, des couples, mais aussi des personnes seules et des retraités. Il suffit d'observer la quantité de chantiers actuellement en construction de part et d'autre du territoire romand pour s'en convaincre.

Lorsqu'une personne entre dans une propriété par étages, elle devient détentrice de son logement. Mais elle investit également une communauté dans laquelle doit régner un minimum de solidarité, d'échanges et de tolérance avec les autres copropriétaires. Ce qui implique de respecter les règles élémentaires du droit de voisinage. Ce livre se propose d'informer les futurs acquéreurs des enjeux économiques, juridiques et organisationnels liés à la PPE. Histoire d'éviter toute action hâtive qui ne manquerait pas de mener à de grosses déceptions, voire à un désastre financier.

Ce qu'il faut savoir avant d'acheter une PPE

Près de 40 % des ménages suisses sont propriétaires de leur logement. Dans ce contexte, l'intérêt pour la PPE ne cesse de progresser. Selon une étude immobilière de Crédit Suisse, cette forme de propriété aurait été préférée dans plus de la moitié des cas à une maison individuelle, ces dernières années en Suisse. Cela, notamment, en raison des prix atteints par les villas dans les zones résidentielles proches des centres et aisément accessibles avec les transports publics. Aujourd'hui, avec plus de 40 % des autorisations de construire, l'appartement en propriété représente le segment dominant, contre 35 % pour les logements locatifs et, désormais, en moins de 25 % pour les maisons individuelles.

Des coûts avantageux pour les copropriétaires

L'intérêt croissant pour la PPE depuis son apparition dans les années 1970 est en partie lié à son attractivité économique. Au-delà des taux d'intérêts hypothécaires, historiquement bas lors de la rédaction de ce dossier (2013), les charges et les frais d'entretien sont partagés entre les différents membres de la copropriété. Les coûts sont donc généralement moins élevés que pour une maison individuelle de la même surface. En outre, en raison d'une concentration optimisée, le besoin en terrain et en énergie par habitant est, lui aussi, limité.

Toujours selon Crédit Suisse, un ménage moyen dépense ainsi environ 18 % de son revenu en frais de logement pour un appartement en propriété, contre près de 24 % pour une maison individuelle. Bien sûr, les disparités régionales sur les prix restent importantes. Dans la région lausannoise, il faut dépenser entre 22,5 % et 25 % de son revenu pour un appartement en propriété, mais 25 % en moyenne dans le canton de Genève et près de 28 % à Zurich.

Néanmoins en prenant pour base un taux d'endettement de 80 %, la capacité à supporter la charge de la propriété du logement demeure actuellement assurée en Suisse. Et cela même dans le cas d'une augmentation des taux des intérêts hypothécaires, jusqu'à 6,25 % dans le cas d'une PPE et de 4,5 % dans celui d'une maison individuelle.

En ce qui concerne la situation financière des locataires, il est difficile de faire une comparaison avec celle des propriétaires : bien souvent, le revenu moyen des seconds est supérieur à celui des premiers et seule une partie des frais de propriété est prise en compte dans la plupart des calculs officiels.

A titre informatif, selon les estimations de l'Office fédéral de la statistique, le coût médian du logement pour les locataires suisses s'élevait à 25 % de leur revenu disponible en 2007.

 

La coopérative Bâtir Groupé est en train de chercher les fonds pour acquérir un terrain d’exception qui est à vendre dans les hauts de Chailly. Il est grand : cinq hectares, soit 50’000 m2. Il est bordé d’une grande forêt et d’une belle rivière. La majeure partie est en zone agricole, pour y jardiner nos possibles (verger, permaculture, biodynamie…). Une petite part est constructible. Elle pourrait accueillir un écovillage d’environ 200 pièces (18 grands appartements) sur 4’200m2.